Cnam Auvergne Rhône-Alpes

Ouverture d’une formation informatique et cybersécurité pour les personnes en difficulté professionnelle

© Cnam Auvergne Rhônes-Alpes

17 janvier 2018

Le Cnam Auvergne Rhône-Alpes lance une nouvelle formation répondant aux besoins de cybersécurité des entreprises locales. Vingt jeunes issus des quartiers prioritaires ou réfugiés suivront trois mois d’enseignement au Cnam de Lyon, suivis de trois en stage tutoré en entreprise.

Depuis début janvier, ils sont dix jeunes de 18 à 25 ans, issus des quartiers prioritaires de la ville à suivre les enseignements du Certificat professionnel Technicien·ne informatique et cybersécurité, au centre Cnam de Lyon, aux côtés de dix réfugié·e·s statutaires, âgé·e·s en moyenne de 33 ans. Quatre Soudanais, trois Afghans, une Iranienne, un Syrien et un Nigérien composent ce groupe qui a suivi un apprentissage en langue française fin 2017.

Faire face aux besoins de compétences des entreprises

Lancée en ce début d’année, en présence du préfet du Rhône délégué à l’égalité des chances, la nouvelle formation a suscité une large couverture médiatique par son originalité.

Et pour cause : le dispositif s’adresse à deux publics aux profils hautement différents, mais tous deux vulnérables face à l’emploi. Et cela, tout en répondant aux besoins en compétences dans les métiers du numérique des entreprises locales.

Aux sources de cette formation, conçue comme une voie d’insertion professionnelle et sociale, un appel à projets porté par l’État et remporté à l’unanimité par le Cnam Auvergne Rhône-Alpes. « Notre savoir-faire développé auprès des publics de réfugiés et des jeunes décrocheurs, notamment à travers les écoles du code - ces dispositif de formation en alternance* aux métiers du numérique, explique aussi ce succès, déclare Olivier Marion, le directeur du Cnam Auvergne Rhône-Alpes. Nous avons choisi de mixer les deux publics dans une seule formation afin de profiter de cette richesse humaine. Ce mélange comporte de nombreux bénéfices : créateur de solidarités et porteur d’échanges culturels, il est aussi moteur d’implication et d’apprentissage. Ces rencontres représentent un véritable gain en maturité pour les jeunes en difficulté. »

Une formation courte appuyée par une pédagogie innovante

Pour stimuler la synergie des apprenants, la formation fait appel aux ressources innovantes de la pédagogie par projet. Aucun examen théorique pour s’adapter à ce public particulier, mais de nombreuses mises en application des savoirs, de multiples travaux de groupe, et un dispositif dématérialisé d’autoévaluation de ses compétences, assorti d’une incitation à l’apprentissage pair-à-pair, « une façon de les sensibiliser au fonctionnement du métier de technicien informatique, qui nécessite d’être autonome et autodidacte », souligne Olivier Marion.

Après trois mois d’enseignements, les participant·e·s seront immergé·e·s en entreprise pour trois mois de stage tutoré. À l’issue de leur formation, les 20 stagiaires seront en mesure d’installer, d’entretenir et de dépanner un parc d’équipements informatiques en réseau et de concevoir un site web. Un volet cybersécurité, enjeu stratégique pour les entreprises, complète l’apprentissage. Des cours de français langue étrangère (FLE) seront également proposés tout au long de l’année à ceux et celles qui en auront besoin.

Avec le soutien de Michelin Développement et de l’écosystème local

Cette formation est financée par Michelin Développement, dans le cadre dans le cadre d’une convention volontaire de développement économique de l’entreprise. « Pour développer ce dispositif, nous nous sommes aussi appuyés sur notre écosystème partenarial, à savoir les missions locales de la couronne lyonnaise, qui ont sélectionné les jeunes, Pôle emploi, la métropole de Lyon et deux opérateurs associatifs Habitat et Humanisme ainsi de Forum réfugiés - Cosi avec lesquels nous avons l’habitude de travailler », ajoute Olivier Marion.

En vue de pérenniser le dispositif, le Cnam Auvergne Rhône-Alpes a entamé des discussions avec Pôle emploi et un organisme paritaire collecteur agréé (Opca) interprofessionnel régional. Pour une nouvelle promotion au printemps.